EXPOSITION NOS FANTÔMES

JUSQU'AU 20 NOVEMBRE 2021

Cette exposition inaugurale présentée dans les nouveaux locaux parisiens de GHOST GALERIE ouverts en juillet dernier, offre un premier aperçu de la typologie d'œuvres qui constitue le cœur de la collection de GHOST GALERIE Marseille. Elle illustre également la volonté de GHOST GALERIE Paris d’explorer les liens que le graffiti a entretenu et entretient encore aujourd’hui sur l’ensemble de la création contemporaine.

 

Ainsi sont convoqués les fantômes qui peuplent l’ADN originel de GHOST GALERIE, les spectres de sa passion pour les initiateurs du graffiti américain. Les premières œuvres sur toiles des figures majeures du graffiti new-yorkais sont les rares témoins historiques physiques des prémices d’une expression populaire débridée et conquérante, devenue globale et toujours vivace. Ces œuvres Post-graffiti réalisées par les graffeurs les plus actifs sur les murs et les métros au début des années 1980, à l’invitation des galeries new-yorkaises les plus pointues du moment (Sidney Janis, Annina Nosei, Tony Shafrazi), révèlent l’évolution de leur pratique dans l’intimité de l’atelier. Ces peintures sur toiles et papier plus personnelles nous donnent donc l’opportunité d’entrevoir les propres fantômes des artistes, ceux qui habitent leurs œuvres.

 

Depuis les années 1980 et plus largement depuis les années 1990, le graffiti fait partie de notre paysage actuel. Une sélection d’œuvres d’artistes plus contemporains pour qui le graffiti semble être ou pourrait être une référence visuelle, culturelle ou posturale, viendra questionner l’importance de l’influence que cette présence anarchique et spontanée dans l’espace public a pu avoir dans l’évolution de l’art de la fin du 20ème et du début du 21ème siècle.

 

Si la peinture est une illusion, l’exposition ‘’ Nos fantômes ‘’ tente de débusquer les fantômes qui se manifestent et se confrontent dans les œuvres exposées que l’on pourrait distinguer en trois familles spectrales ... 

Photos : Courtesy Ghost Galerie, Paris. Photo: Romain Darnaud